• Tic Tac

    Chapitre 3

         Il charme tout le monde avec son sourire et sa démarche de macho. Agacée, je lève les yeux au ciel :

    - Oui, c'est de lui dont je parle, dis-je en soupirant.

        Je vois Lydia lui adresser un sourire radieux et un petit signe de la main lorsqu'il passe à côté de nous. Il lui répond par un clin d'œil. Non mais j'hallucine là. J'en reste bouche bée et préfère faire mon sac que d'assister à ce spectacle. Je prends mes deux cahiers de maths et mon manuel et les fourre au fond de mon sac pendant que ma meilleure amie continue de mater mon voisin de français qui se pavane dans le couloir principal.

    - Bien sûr que je le connais ! finit-elle par me répondre. Il est hyper populaire ici et toutes les filles en sont raides dingues !

    - Toi aussi n'est-ce pas ? lui demandé-je, suspicieuse.

    - Non pas vraiment. Je sais que je n'ai aucune chance avec lui alors j'admire juste ce corps si... commence-t-elle.

         Malheureusement, elle est coupée au milieu de sa phrase par la cloche qui retentit et elle me laisse en plan car elle doit se rendre à l'administration avant de me rejoindre en cours.

    - On se voit tout à l'heure Laura ? me crie-t-elle au fur et à mesure qu'elle s'éloigne.

        Je me contente d'hocher la tête pour répondre. En vérité je suis restée en suspens sur sa dernière phrase.

    - Ce corps si parfait... je murmure à moi-même en allant me ranger.

    *****

     - Who can say me what we talked about last time ? demande le prof d'anglais, M. Duchâteau, à toute la classe.

         Personne ne lève la main pour répondre. Comme toujours. Les élèves de ma classe sont vraiment nuls en anglais. En général, c'est moi qui fais avancer le cours. Je participe, propose des réponses, dialogue avec le professeur et je traduis ses questions aux autres car j'adore cette langue. Et aussi parce que, il faut l'avouer, je suis plutôt une bonne élève. Habituellement, suite à cette question, j'aurai levé la main et, avec l'autorisation de prendre la parole, j'aurai traduit : "Qui peut lui dire ce dont on a parlé la dernière fois ?" aux autres élèves. Mais, pas cette fois. Non, aujourd'hui quelque chose de bien plus captivant attise mon esprit et mon attention...

         Dans la salle 207, la classe d'anglais qui se trouve au deuxième étage, les tables des élèves sont placées de manière à former un "U" pour que le prof puisse circuler au milieu et pour de meilleurs dialogues. Ainsi, deux rangées d'élèves sont parallèles. Il y a trente cinq places différentes dans la pièce et nous ne sommes que trente élèves. Il reste des tables vides. Et M. Duchâteau a installé le nouveau à une table qui se trouve tout juste en face de la mienne.
         C'est lui qui attire encore mon attention ce matin. Je ne sais toujours pas comment il s'appelle, mais, bizarrement, j'ai l'impression de déjà le connaître. Vraiment étrange comme sensation... L'ai-je rencontré avant mon déménagement ? Ou bien l'ai-je croisé dans le quartier ? Aucune idée. Une fois de plus, je me perds dans mes pensées à force de réfléchir et de me poser des questions. Je continue d'observer le nouvel élève pendant le cours. Vu que nous sommes l'un en face de l'autre, j'ai juste à lever les yeux pour pouvoir admirer les siens. Son regard a vraiment quelque chose d'envoûtant et de profond. Sinon, pourquoi j'aurai passé du temps à m'y perdre en français ? Je ne vois aucune autre raison plausible.

         Soudain, l’image de Lydia en train de lui sourire lorsqu'il passait à côté de nous dans les couloirs tout à l'heure me revient en tête. Pourquoi a-t-elle fait cela ? C'était comme si elle le connaissait super bien alors qu'il vient à peine d'arriver dans notre classe ! Pourtant, elle m'a quand même dit qu'il était hyper populaire et que toutes les filles se l'arrachaient ici. Comment est-ce possible ? Elle a dû se tromper de personne ou sourire à quelqu'un d'autre. Un beau gosse comme lui ne passe pas inaperçu alors s'il faisait partie du lycée depuis un bout de temps je serai quand même un peu au courant ! A moins que...

    - Aïe ! je m'écris dans la classe, brisant le silence qui y régnait.

    - Chut ! m'ordonne Lydia qui visiblement, est à l'origine de ma douleur.

         Mais il est trop tard : le prof m'a entendue. Et à vrai dire, je pense que toute la classe aussi car tout le monde me regarde - une fois de plus - lui y compris.

    - Un problème peut-être Mlle. Cullen ? Ou bien quelque chose à ajouter ?

         Prise au dépourvue je bafouille.

    - Euh oui enfin... non je ne crois pas qu'on puisse appeler ça un "problème" Monsieur.

        Les élèves pouffent de rire et le prof s'impatiente. Il doit penser que je le fais exprès ce qui n'est pas le cas.

    - Dans ce cas, pourquoi vous agitez-vous ? continue-t-il.

         Je lance un regard noir à Lydia avant de lui répondre.

    - Oh ce n'est rien professeur. Je... Je me suis juste cognée dans la table et... bah je me suis fait mal.

         Je fais mine de me caresser le genou et il arrête enfin de douter. Heureusement que je suis une bonne élève - habituellement - car ça me sauve souvent la vie dans les situations similaires.

    - Bien. Si vous allez mieux, pouvez-vous répondre à ma question ?

         Sa question ? Mais quelle question ? De quoi il parle ? Trente paires d'yeux sont fixées sur moi, y compris celles du prof et de Lydia. Je me sens légèrement mal de ne pas avoir suivi plus attentivement ce maudit cours.

    - Euh... Oui bien sûr que je peux... y répondre.

         Tandis que le prof me surveille, je ballade rapidement mes yeux dans la salle : rien d'écrit au tableau - ce qui ne m'aide pas. Je sens mes joues qui rougissent sous l'effet du stress et des regards indiscrets de mes camarades. Soudain, la sonnerie retentit et sonne la fin de l'heure. Ouf !

    - C'est ce qui s'appelle être sauvée par le gong, me murmure Lydia.

         Je lui donne un coup de coude en riant, rassemble toutes mes affaires et les fourre dans mon sac avant de me lever pour sortir.

         Espérant que le prof oublie ce qui vient de se passer, je me dépêche de partir. Une fois loin dans le couloir, devant la classe, j'attrape le bras de Lydia et l'attire vers moi :

    - Qu'est-ce qui t'es passé par la tête à toi ? lui demandé-je en tentant de paraître sévère.

    - A moi ? me répond-elle, faussement outrée. Mais c'est plutôt à moi de te demander ça !

         On commence à monter les marches d'un pas pressé. J'abandonne mon air énervé - qui de toute façon n'était pas crédible - et je fronce les sourcils.

    - Pourquoi tu me dis ça ?

    - Pourquoi je dis ça ? Tu te fiches de moi ou quoi Laura ?

        Voyant mon air interrogatif, elle continue de parler.

    - Ok je vois, dit-elle. Pour faire rapide, j'ai remarqué que tu suivais plus du tout le cours du prof alors ça m'a intriguée puisque ce n'est pas du tout ton genre d'habitude. Au début j'ai pensé que ça allait vite te passer alors j'ai continué à prendre mes notes. Mais d'un coup je t'ai entendu murmurer ou chantonner. Je t'ai regardée et j'ai suivi ton regard pour connaître la raison de tout ça et là j'ai compris pourquoi. Ou plutôt pour qui.

         Elle s'interrompt pour me regarder en souriant avant de reprendre :

    - J'ai bien vu que tu divaguais complètement, que t'étais à l'ouest alors j'ai tenté de te faire réagir en te donnant un coup de coude. Et là bah... tu connais la suite.

    - Oui oui. J'ai crié, et une fois de plus, toute la classe m'a regardée comme si je venais d'un asile de fous ou je ne sais quoi de pire ! soupiré-je.

         Elle rigole. Je me mets à sourire même si c'est mal. C'est le deuxième professeur auprès duquel je me fais remarquer aujourd'hui. J'espère qu'aucun écho de cette journée n'atteindra les oreilles de mes parents...
         On arrive au quatrième étage, dans le département des "Chiffres". Rangée devant la salle 413, je commence à me vider la tête de toutes pensées pour mieux me concentrer en classe. Mes efforts sont réduits à néant quelques secondes après quand la voix de ma meilleure amie pénètre dans mon esprit.

    - Il est beau gosse pas vrai ? me glisse Lydia à l'oreille en riant.

         Je n'ai pas le temps de lui répondre car la professeur de mathématiques arrive et réclame le silence dans les rangs. Pourtant, je ne parviens à réprimer un soupir d'exaspération ainsi qu'un sourire. Je rentre en classe et pars m'installer à gauche au fond de la classe, à ma place habituelle. A peine installée, j'entends déjà le bruit atroce et incessant des aiguilles de l'horloge qui tournent. Je sors mes cahiers et m'assois.

         Le nouvel élève se tient debout devant la classe et attends, à côté de Mme. Vanut, d'être placé quelque part. Toute l'attention est portée sur lui, une fois de plus, alors j'en profite aussi pour le regarder. Lydia a raison, il est plutôt beau. Et si mystérieux à la fois... C'est quoi son prénom à la fin ? Ne pas le savoir commence vraiment à m'intriguer. Pourquoi aucun prof ne fait l'appel à voix haute bon sang ? Ce serait quand même vachement plus simple pour moi !
         Et ce cours de maths quand est-ce qu'il commence hein ? Pourquoi elle ne le place nulle part la prof ? Il y a des places libres de partout dans cette salle ! Il y en a même une à côté de moi ! Eh mais... Oui, il y en a bien une à côté de moi ! Il suffirait qu'il s'installe ici et je pourrais regarder discrètement ses cahiers pour que je sache comment il s'appelle ! C'est une bonne idée, non ? Je croise les doigts pour que mon "plan" se déroule comme prévu et attends sagement la décision de Mme. Vanut.

    - Allez, pensé-je. S'il vous plaît l'univers, un petit miracle pour une fois dans cette journée de malheur ! supplié-je en silence.

         Malheureusement, mon plan échoue lamentablement - ce qui était prévisible vu mon taux de chance de la journée. Non seulement Mme. Vanut ne décide pas de l'installer à côté de moi, mais en plus elle a préféré le placer à l'autre bout de la classe, à côté de la personne qui me hait le plus au monde : Madison Tayle. Une jolie - je suis forcée de l'admettre - rousse aux yeux verts.

         Selon Lydia, elle est fourbe, manipulatrice et méchante mais elle obtient tout ce qu'elle veut car elle est belle et qu'elle réussi tout ce qu'elle entreprend de faire. C'est une fille de riches, une fifille à papa et elle peut avoir tous les garçons qu'elle souhaite à ses pieds en moins de deux. C'est le point de vue de Lydia ça. Moi, elle a juste l'air de me détester pour une raison inconnue. J'ai eu l'occasion de la croiser deux ou trois fois cet été, avant la rentrée : elle était accompagnée d'un gars différent à chaque fois. Sa façon de me toiser me mettait mal à l'aise et devoir la supporter chaque jour depuis la rentrée ne fait que péjorer mon avis sur elle.

    - Sérieusement ? murmuré-je pour moi-même avec frustration.

         Je regarde ce mec s'installer, tirer sa chaise, poser son sac, s'assoir et sortir ses affaires à côté de cette peste qui n'arrête pas de lui sourire. J'ignore pourquoi, mais je ressens à ce moment un léger pincement au cœur. Pourquoi elle a toujours ce qu'elle veut et moi non ? Ce n’est pas normal. Et je crois bien que Madison a aussi conscience de cette injustice car quelques minutes plus tard, pendant que la prof écrit la correction des exercices au tableau, elle se tourne vers moi et me lance un regard victorieux suivi d'un sourire narquois. Je grince des dents et serre mes poings pour me contenir. Je ne peux m'empêcher d'envier la chance qu’elle a tout le temps, en particulier en cette journée de merde pour moi.

         Je tente de me plonger entièrement dans les mathématiques, les sommes algébriques et les fonctions pour essayer de ne pas entendre les gloussements de Madison qui rigole avec son super nouveau voisin. Visiblement, il est bien plus bavard avec elle qu'avec moi. Cette heure de cours me paraît vraiment interminable. Lydia ne peut même pas me faire rire ni me changer les idées. J'écoute le tic tac de l'horloge de la classe. Les secondes semblent durer une éternité. Même le temps est contre moi aujourd'hui. Vivement que la cloche sonne pour que cette journée prenne fin au plus vite.


  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Janvier 2016 à 14:16

    Hey!

    Ta fiction est vraiment trop bien et bien écrite!

    J'ai hâte de lire la suite! *-*

     

      • Mercredi 20 Janvier 2016 à 19:42

        Salut à toi ! :)

        Merci beaucoup pour tes compliments, ça fait vraiment plaisir de te lire ! *-* 

        Et pour ce qui est de la suite, je travaille dessus ;)

    2
    Dimanche 24 Janvier 2016 à 00:30

    De rien ;) Et j'ai hâte!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :