• Lettre n°1

    Le 12 juin 2015         
    Avec le colis ci-joint         

    Mon cœur,

              Tu te souviens de ce débardeur et de la première fois où je l'ai porté ? Moi oui je m'en souviens ! C'était un après-midi du mois de juillet 2014. On s'était rejoins dans mon village, à notre lieu de rendez-vous préféré et nous avions décidé de marcher un peu ensemble. Mais d'un coup il s'était mis à pleuvoir, alors nous avions couru jusqu'à chez moi ! Arrivés là-bas, je suis entrée discrètement dans le garage de ma maison pour chercher des clés. Les clés en question donnaient accès à une petite cabane au fond de mon jardin dans lequel mon père range son matériel de bricolage. Nous avions couru nous y mettre à l'abris. Une fois à l'intérieur, nous avions réalisé que nos vêtements étaient trempés. Moi je ne pouvais rien faire sans me retrouver en sous-vêtements, mais toi tu pouvais enlever ton tee-shirt pour le faire sécher. Ce qui s'est passé d'ailleurs ! Je l'avais étendu sur un gros carton pour le faire sécher et nous avions attendu que les heures passent en parlant, s'embrassant et en se faisant des câlins. C'était vraiment un super après-midi.

             BREF. Comme tu le sais, je pars en voyage scolaire dès lundi prochain et j'emmènerai là-bas le tee-shirt de pyjama que tu m'as donné. Je ne te cache pas que je l'utiliserai comme mon propre pyjama. Il a encore ton odeur, ce qui me donnera l'impression que tu seras là, auprès de moi malgré la distance.
              Toi qui souhaitait tellement avoir un de mes vêtements, eh bien voilà ! Comme cela, tu "m'auras" avec toi durant mon voyage. Les choses sont rééquilibrées ainsi, non ? Je te le passe avec plaisir pour la semaine.
              Je ne l'ai pas choisi par pur hasard celui-là, bien au contraire ! Lis bien la phrase inscrite dessus et trouve la traduction, tu comprendras ce que je veux dire !

    J'ai une petite recommandation à te faire : pas de bêtises en mon absence s'il te plaît... Merci beaucoup... Je t'aime fort mon amour !

    Forever*,        
    Ton ange gardien         

    Lettre n°1

    *Forever (anglais ) = Pour toujours
    *You are my only love now and for the rest of my life (anglais) = Tu es mon unique amour maintenant et pour le reste de ma vie

     


    3 commentaires
  • Lettre n°2

    Le 30 août 2015         

    Mon chéri,

              Quelle merveilleuse journée avons-nous passée aujourd'hui ! C'était extraordinaire ! Être allongée à tes côtés sur l'herbe fraîche de la prairie à l'ombre des arbres, le bonheur à l'état pur ! Ce que j'aime t'entendre me chuchoter à l'oreille que tu m'aimes, que je suis l'amour de ta vie et que rien ne nous séparera jamais ! Comme je t'aime mon amour... Plus que tout au monde...
               D'ici l'arrivée de cette lettre entre tes mains, je pense que tu auras trouvé ton cadeau dans ton sac. Je l'y ai glissé lorsque tu as couru au soleil dans la prairie, tout sourire. Ainsi que le livre dont je t'avais parlé. Est-ce qu'ils te plaisent ? J'ai fait faire ces deux bracelets spécialement pour toi. Tu as vu ? Notre date y apparaît... Nous deux, c'est la plus belle chose qui me soit jamais arrivée tu sais ?
               Mon plus beau rêve est de finir ma vie à tes côtés. Tu imagines comme on serait bien ? Ensemble, à la vie, à la mort. Mariés, entourées d'une ribambelle d'enfants... Je m'y vois déjà ! Peut-être est-ce trop précipité ou trop rapide pour toi, mais je t'attendrai si tu n'es pas prêt. Je serais patiente mon ange. Tu sais que je ferrai tout pour toi, pas vrai ? Je t'aime à l'infini, ne l'oublie jamais !

    Je t'embrasse avec tendresse,         
    L'amour de ta vie         

    Lettre n°2

    Lettre 3 et 4 >>         


    3 commentaires
  • Lettre n°3

    Le 15 septembre 2015            

    Salut...       

              Oui, cette lettre sera sûrement moins longue que les autres cette fois-ci. Mais vois-tu, je n'aurai pu faire plus... J'ai trop mal, la douleur de ton départ est incessante. Je ne trouve pas les mots pour exprimer ma souffrance. Je pleure nuit et jour par amour pour toi... Le temps semble s'être arrêté.

              Finalement tu l'as fait... Tu m'as abandonnée. Un an jour pour jour après la mort de mon chien et en parfaite connaissance de cause. Tu savais que j'avais besoin de toi ce jour-là, mais tu as laissé tomber. Tu m'as laissée tomber à la même date.

              Je ne pensais pas que tu serais capable de me tourner le dos à ce point ! Notre couple était parfait... Tu me comblais de bonheur au quotidien, toutes mes amies enviaient notre relation si belle et incroyable ! Elles enviaient la force de l'amour qui nous unissait... Plus d'un an et demi. J'étais heureuse. Malgré nos rares petites disputes.

              Mais tu m'as refait le même coup. Tu m'as à nouveau quittée pour une autre fille. J'avais mis des jours à te pardonner, j'avais versé des centaines de larmes pour toi... J'étais désespérée... Puis tu avais réalisé tes erreurs, tu regrettais tes actes alors tu es revenu vers moi... Tu t'es excusé et je t'ai accueilli à bras ouverts, le sourire aux lèvres dans ma vie. Je t'avais laissé une seconde chance car tu avais quitté l'autre fille pour moi. J'ai fini par te pardonner par amour et nous nous sommes donc remis ensemble.

              Et tu oses me refaire le même coup ! Exactement pareil ! Tu m'as quittée pour une autre ! Jamais je n'aurais pu imaginer que tu puisses recommencer comme si rien ne s'était passé ! Comme si je n'avais jamais existée à tes yeux ! Comme si tu te moquais de tes précédentes erreurs ! Je ne comprendrai jamais pourquoi tu me fais subir tout cela alors que je t'aime à la folie...

              Pourquoi es-tu parti une fois de plus ? Après tous les merveilleux moments que nous avions passé cet été tous les deux... Ne m'as-tu donc jamais vraiment aimée ? Je ne suis pas parfaite, je le sais bien et d'ailleurs je n'ai jamais vraiment cherché à l'être sauf à tes yeux. Des erreurs j'en ai commises, moi aussi, plus d'une et je le reconnais. Je ne suis pas non plus la plus attentive, la plus belle, la plus intelligente ou la plus gentille mais moi au moins je t'aimais d'un amour sincère... Et c'est toujours le cas d'ailleurs. J'aurais beau dire que non ou que je m'en moque, c'est faux ! Je t'aime toujours autant moi. Le même amour, qui ne s'éteindra jamais car il est bien réel, présent dans les restes de mon dit "cœur" : puissant, sincère, inter temporel et indestructible. Et ça, tu vois, tu auras beau faire le tour du monde pour trouver quelqu'un, jamais personne ne t'aimera comme moi. Je peux te le garantir car moi je t'aime à en donner ma propre vie.

    A bientôt je l'espère,         
    Ton ancienne petite amie qui est toujours amoureuse de toi         

    Lettre n°3


    votre commentaire
  • Lettre n°4

    Le 21 septembre 2015         
             

    Hey... C'est moi... Oui encore...
    Je me doute bien que je vais peut-être te saouler mais... Ecoute-moi...

              Ecoute-moi juste un peu... Je sais que tu en as probablement rien à foutre de mes sentiments et de moi-même... Et que là tu as sûrement envie de me zapper tellement je te fais chier... Mais bon... La vérité c'est que même après tout cela, j'en ai toujours tiré aucune leçon. Je m'en fiche que tu aies détruit mon cœur et notre relation, je me fiche que tu me fasses souffrir jour après jour comme jamais je n'ai souffert... Et au fond je me moque toujours de ce que pensent et disent les gens à mon sujet... Je me fous aussi de savoir si tu me rendras vraiment et éternellement heureuse un jour ou non... Car vois-tu, la seule personne que je veux, c'est toi. Je ne vais pas te le cacher, mon seul problème c'est d'être tombée amoureuse de toi. Alors oui, j'ai été stupide de croire que tu pouvais vraiment m'aimer à l'infini pour celle que je suis, stupide de croire qu'il pouvait se passer quelque chose de vrai, de sincère et de sérieux entre nous... Mais que veux-tu ? Je n'y peux rien, c'est plus fort que moi.

              J'aimais tout chez toi... J'aimais quand tu me souriais, j'aimais quand tu me regardais avec ce regard exprimant la joie et (j'y crois encore) ton amour pour moi... J'aimais être au creux de tes bras, j'aimais chacun de tes doux baisers et de tes "je t'aime" que tu me murmurais à l'oreille...

              Mais visiblement je n'ai jamais réussi à te rendre heureux d'après ce que tu as fait... Je ne voulais pas te perdre, mais tu es quand même repartis ailleurs... Cela fait maintenant 2 ans... 2 ans que je t'aime éperdument Jordan et que mon amour pour toi grandit jour après jour... Mais tu ne vois même pas tout l'amour que j'ai pour toi... Et moi je ne sais plus comment te le montrer tellement tu m'as détruite... C'est fou d'aimer quelqu'un comme ça et de ne pas pouvoir être heureuse avec la bonne personne.

              Je sais que tu m'as bien vite remplacer. Trop vite même ! Toi qui disais avoir trouvé ton âme-sœur, l'amour de ta vie à mes côtés... Cela paraît fou mais... Je t'attends toujours... Au fond de moi j'attends, je t'attends... Tu vois ? J'ai toujours été sincère avec toi, mon amour est réel... Le temps passe mais rien n'y fait, je t'aime toujours autant... C'est horrible de vivre un amour sans reconnaissance, et malgré tout je continue à espérer. Merci, merci de me laisser t'aimer éternellement...

              Mais l'attente est interminable. L'espoir disparaît peu à peu et laisse place à un vide immense, sans fond. Le désespoir s'est emparé de moi, de mon corps, des restes de mon cœur et de mon âme. Sais-tu seulement ce qu'est vraiment le désespoir ? As-tu la moindre idée de ce qu'il peut provoquer s'il persiste à s'acharner ? Il pousse à faire des choses immondes et insensées. Je sais bien que tu te moques de tout ce que j'écris, fait ou dis dorénavant, mais lis au moins les mots qui vont suivre... Tous, sans exceptions car écrire tout cela m'arrache le cœur, m'écorche la main et me fait pleurer. Pleurer sans interruptions quand j'entends l'écho de ta voix les prononçant dans ma tête.

    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
         Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime          Je t'aimais
            Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aimerai

    Ta nouvelle ex         

     Lettre n°4

    Lettre 5 et 6 >>         


    votre commentaire
  • Lettre n°5

    Le 23 septembre 2015         

    Révélation
              Déception
                             Réalisations

              3 mots qui correspondent bien à la journée d'aujourd'hui.

              J'ai halluciné... Tu es venu me parler par SMS après tout ce temps de parfaite ignorance. Voir cet icône s'afficher sur mon écran m'a tordue de douleur, mais je ne te cache pas que j'ai cru, l'espace d'un instant, que c'était fini. Que tout irait mieux. Que ma vie allait reprendre son cour car tu étais de retour... Mais non. Pas du tout.

              Joie ridicule et inutile bien vite remplacée par une révélation. Tu m'as dit qu'on devait se voir. Tu m'as dit qu'il fallait qu'on parle. Mais nous n'avons rien à nous dire de plus. Et je t'ai dit que tu n'obtiendrais plus rien de moi.

              J'ai cru mourir après une ou deux heures à te parler pour rien. Ma déception fut immense quand j'ai su que tu étais toujours avec elle. Mon cœur s'est resserré, de plus en plus, à m'en faire pleurer. Même avec tout ce que tu m'as fait enduré, tu trouves encore le moyen de me balancer des claques monumentales en pleine gueule !

              J'ai évacué toute la tristesse du moment. Je suis montée dans ma chambre, devenue une prison infernale après toutes tes visites. Seule, c'est là que j'ai ouvert les yeux. J'ai réalisé que t'en aurais jamais marre de me prendre pour une conne, de jouer avec ma vie, mes sentiments. J'ai réalisé que nous deux, ça n'allait plus dès lors de la première rupture occasionnée par ta faute. J'ai réalisé que tu n'avais tenu aucunes de tes promesses envers moi, et que tu ne les tiendrais jamais. T'as joué en permanence et tu as fini par gagner. Mais le jeu est fini maintenant, alors arrête de vouloir relancer des parties indéfiniment en essayant de m'attendrir ou de me raisonner. Je dois apprendre à survivre seule face à cette situation. L'espoir ne me sauvera pas, pas cette fois car il est trop tard. Les idées noires sont trop nombreuses et trop fortes. Quant à l'Amour, lui non plus ne pourra plus rien. Je le repousserai éternellement pour ne plus jamais subir cela.

              Ma souffrance a forgé ma nouvelle "vie", ma nouvelle personnalité. Tu en resteras la cause, alors mes remerciements resteront uniquement ironiques. Personne n'a le droit de gâcher le bonheur des autres. Et pourtant... Mais c'est bien, tu ne regrettes rien ! Car tu le souhaitais par dessus tout le reste !

    Destruction.

    Je n'attends pas de réponse,         
    Toujours la même personne         

     Lettre n°5


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires