• Lettre n°4

    Lettre n°4

    Le 21 septembre 2015         
             

    Hey... C'est moi... Oui encore...
    Je me doute bien que je vais peut-être te saouler mais... Ecoute-moi...

              Ecoute-moi juste un peu... Je sais que tu en as probablement rien à foutre de mes sentiments et de moi-même... Et que là tu as sûrement envie de me zapper tellement je te fais chier... Mais bon... La vérité c'est que même après tout cela, j'en ai toujours tiré aucune leçon. Je m'en fiche que tu aies détruit mon cœur et notre relation, je me fiche que tu me fasses souffrir jour après jour comme jamais je n'ai souffert... Et au fond je me moque toujours de ce que pensent et disent les gens à mon sujet... Je me fous aussi de savoir si tu me rendras vraiment et éternellement heureuse un jour ou non... Car vois-tu, la seule personne que je veux, c'est toi. Je ne vais pas te le cacher, mon seul problème c'est d'être tombée amoureuse de toi. Alors oui, j'ai été stupide de croire que tu pouvais vraiment m'aimer à l'infini pour celle que je suis, stupide de croire qu'il pouvait se passer quelque chose de vrai, de sincère et de sérieux entre nous... Mais que veux-tu ? Je n'y peux rien, c'est plus fort que moi.

              J'aimais tout chez toi... J'aimais quand tu me souriais, j'aimais quand tu me regardais avec ce regard exprimant la joie et (j'y crois encore) ton amour pour moi... J'aimais être au creux de tes bras, j'aimais chacun de tes doux baisers et de tes "je t'aime" que tu me murmurais à l'oreille...

              Mais visiblement je n'ai jamais réussi à te rendre heureux d'après ce que tu as fait... Je ne voulais pas te perdre, mais tu es quand même repartis ailleurs... Cela fait maintenant 2 ans... 2 ans que je t'aime éperdument Jordan et que mon amour pour toi grandit jour après jour... Mais tu ne vois même pas tout l'amour que j'ai pour toi... Et moi je ne sais plus comment te le montrer tellement tu m'as détruite... C'est fou d'aimer quelqu'un comme ça et de ne pas pouvoir être heureuse avec la bonne personne.

              Je sais que tu m'as bien vite remplacer. Trop vite même ! Toi qui disais avoir trouvé ton âme-sœur, l'amour de ta vie à mes côtés... Cela paraît fou mais... Je t'attends toujours... Au fond de moi j'attends, je t'attends... Tu vois ? J'ai toujours été sincère avec toi, mon amour est réel... Le temps passe mais rien n'y fait, je t'aime toujours autant... C'est horrible de vivre un amour sans reconnaissance, et malgré tout je continue à espérer. Merci, merci de me laisser t'aimer éternellement...

              Mais l'attente est interminable. L'espoir disparaît peu à peu et laisse place à un vide immense, sans fond. Le désespoir s'est emparé de moi, de mon corps, des restes de mon cœur et de mon âme. Sais-tu seulement ce qu'est vraiment le désespoir ? As-tu la moindre idée de ce qu'il peut provoquer s'il persiste à s'acharner ? Il pousse à faire des choses immondes et insensées. Je sais bien que tu te moques de tout ce que j'écris, fait ou dis dorénavant, mais lis au moins les mots qui vont suivre... Tous, sans exceptions car écrire tout cela m'arrache le cœur, m'écorche la main et me fait pleurer. Pleurer sans interruptions quand j'entends l'écho de ta voix les prononçant dans ma tête.

    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
    Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aime
         Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime          Je t'aimais
            Je t'aime          Je t'aime          Je t'aime           Je t'aimerai

    Ta nouvelle ex         

     Lettre n°4

    Lettre 5 et 6 >>         


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :